« Faire simple » ?

♪ - Présentations ou demandes d'avis sur vos travaux, compositions, textes, interprétations, etc. (Pas de publicité déguisée pour votre site).

Modérateurs : lafaucheuse, Laurent JUILLET, R2-D2, tchoyy, Lµkas *, Grp. Modérateur

Avatar de l’utilisateur
Aiki Tenkan
Membre ♪♪
Messages : 295
Enregistré le : 25/07/2012 10:13:38

Re: « Faire simple » ?

Messagepar Aiki Tenkan » 01/07/2017 19:18:12

Faudrait pas croire que je vais m'arrêter. Cette fois c'est Massenet que je chatouille.

https://soundcloud.com/marc-wetzel/elegie-jules-massenet-arrg-mwetzel-priez-pour-jules-oo
Marc Wetzel (aka Aiki Tenkan)

Avatar de l’utilisateur
Aiki Tenkan
Membre ♪♪
Messages : 295
Enregistré le : 25/07/2012 10:13:38

Re: « Faire simple » ?

Messagepar Aiki Tenkan » 14/08/2017 22:40:39

Dans le cadre musique de Moua sur une illustration de Moua d'un texte à Moua :

Extrait de Begïn ( Cape et d'épée. Lagardère, Pardaillan, Musashi, Zorro et jolies filles ) :

"...L’aube naissante chassait les derniers bâtards de la nuit traînant à l’horizon. Masque d’or ralentit l’allure au croisement des chemins de Balikesir. L’assassin se tourna à demi sur sa selle. La douleur lui arracha un gémissement de femme blessée. Elle reprit sa route vers l’est et la forêt de Serre longeant les marais. De là, Masque d’Or remonta une coulée de sanglier s’enfonçant sous le bois sombre où elle suivit la piste envahie par les ronces sous la lueur hésitante de la petite lanterne de voyage accrochée à un anneau de selle. Le soleil perça les frondaisons quand la sente déboucha sur une clairière creusée par une doline effondrée au milieu de la forêt, au fond de laquelle coulait une rivière souterraine.
Masque d’Or mit pied-à-terre. Sa main gantée passa sous le manteau de voile ; elle en ressortit poisseuse de sang. Elle entraîna le cheval par la bride sur le chemin étroit descendant au fond du gouffre et pénétra dans la grotte taillée par les flots à travers le calcaire. L’assassin remonta le cours de la rivière traçant sa voie sous la terre. La rive s’élargissait un peu plus loin ; le tumulte des eaux s’affaiblit et fit place aux tintements des gouttes d’eau cristallines tombant dans les vasques laiteuses de la caverne. La faible lumière de la lanterne découvrit le repaire de l’ombre de Shart. Un coffre solide contre la paroi que l’eau transformait lentement en gâteau de cire, un lit grossier fait de jonc et de sangles de cuir était installé à côté d’un feu de camp et sa réserve de bois et de fourrage.
Masque d’Or caressa l’encolure de la jument tandis que la bête posait sa joue contre son épaule. Elle la laissa se désaltérer et fouilla dans ses fontes de selle pour en retirer une trousse de cuir gravé à l’or fin. Masque d’Or décrocha la lanterne et la posa sur le coffre avant d’ôter son manteau révélant une longue chevelure noire relevée en un chignon recherché. Sous le manteau vaporeux, l’ombre de Shart portait une combinaison de soie bleu nuit qui dissimulait ses formes humaines. Elle rassembla rapidement de quoi ranimer le feu et bientôt sa lumière projeta tout autour les ombres crues des sculptures minérales délirantes.Assise sur le lit face à la chaleur des flammes, elle retira ses gants, puis dégrafa une à une les attaches d’acier bruni de son habit de soie lacéré sur le côté gauche et révéla la magnificence de son armure de mailles d’acier Daï. Elle défit la fibule de saphir accrochée à l’épaule droite et fit glisser l’armure sur ses hanches. Ce fut le tour du pourpoint de cuir souple ajusté au plus près de son corps ceint de plusieurs couches de lin, où l’ultime rempart de tissu arrêta définitivement la lame de Begïn. Masque d’or déroula lentement la longue bande d’étoffe maculée de rouge, dévoilant son dos aux formes douces et la courbe discrète d’un sein sous l’épaule.
Elle inspecta la blessure de ses mains fines. L’estafilade était superficielle, mais la douleur persistante lui fit craindre une côte fêlée ou pire, cassée. Masque d’Or sortit charpie et bandages du coffre. Elle abaissa la tablette de sous le couvercle et y déposa la trousse de cuir. Elle contenait une rangée de fioles de cristal. L’assassin prit deux granules noires de l’une qu’elle ajouta au liquide clair d’une autre et secoua le mélange qui vira rapidement au brun opaque. Elle versa la mixture sur un tampon de charpie et nettoya largement la blessure puis balança le tampon au feu dans un cri de rage. L’assassin releva la tablette et sortit du coffre une bouteille ronde, accompagnée d’un gobelet d’argent vissé en guise de cabochon qu’elle rejeta dans un geste de colère et s’envoya une large rasade de cette liqueur forte au goulot. L’alcool libéra la tension de cette nuit terrible, laissant les larmes l’emporter. Ses nerfs apaisés, elle revissa calmement le gobelet déchu et rangea la bouteille dans le coffre. Masque d’Or tira alors de la trousse le fil et l’aiguille..."

La zik du personnage : https://soundcloud.com/marc-wetzel/masque-dor

J'ai tenté un crescendo harmonique, ou je ne sais pas vraiment comment appeler ça, sur quatre mesures de contre point piquées chez Dowland, c'est tout. Ben... J'aime l'ambiance que donne le résultat pour de la musique matinée d'un poil d'épique.
Marc Wetzel (aka Aiki Tenkan)

Avatar de l’utilisateur
Aiki Tenkan
Membre ♪♪
Messages : 295
Enregistré le : 25/07/2012 10:13:38

Re: « Faire simple » ?

Messagepar Aiki Tenkan » 02/07/2018 08:59:34

Bonjour,

Bon... ben... quelque chose de plus vivant ?

https://soundcloud.com/marc-wetzel/lancinance

Ou bien plus triste ?

https://soundcloud.com/marc-wetzel/j-1
Marc Wetzel (aka Aiki Tenkan)


Retourner vers « Vos travaux »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 66 invités